En censurant un roman d’amour Iranien- Shahriar Mandanipour

9782021005912

   

    Titre  En censurant un roman d’amour Iranien
    Auteur : Shahriar Mandanipour
    Titre original : Censoring an Iranian Love Story
    Traducteur : Sara Khalili (Farsi) /Georges-Michel Sarotte                (Anglais)
    Éditeur : Seuil
    Date de publication : 2011
    Nombre de pages  404

 
 
 
 

Quatrième de couverture :

Téhéran, de nos jours. Comment un garçon et une fille peuvent-ils se rencontrer et vivre une histoire d’amour alors que la République islamique a instauré une rigoureuse séparation des sexes ? Comment publier un roman d’amour, alors que l’impitoyable censeur pourchasse la moindre allusion érotique ? Sara et Dara s’aiment par messages codés inscrits dans des livres empruntés à la bibliothèque, par téléphone ou par ordinateur interposé et au cours de promenades dans les rues en jouant à cache-cache avec les oppresseurs.

Avec un humour irrésistible, seule arme efficace face à la censure, et un recours immodéré à l’autodérision, Shahriar Mandanipour rédige sous nos yeux un poignant roman d’amour à la fois réaliste et fantastique, placé sous l’égide des grands poètes persans, des écrivains et des cinéastes occidentaux.

Loufoque et bouleversant, jubilatoire et tragique, En censurant un roman d’amour iranien réconcilie de façon magistrale Le Procès de Kafka, La Ferme des animaux d’Orwell, et les contes des Mille et Une Nuits.

Ce que j’en pense :

Shahriar Mandanipour se propose de nous conter un roman d’amour entre une jeune fille et un jeune homme, tous deux iraniens. Le thème semble n’avoir rien de sensationnel ou même d’original mais nous sommes dans l’Iran postrévolutionnaire. Un pays dans lequel les jeunes filles sont isolées, isolées derrière leur voile, isolées de tout contact avec les jeunes hommes. On apprend dans ce livre que les femmes et les hommes ne marchent pas sur les mêmes trottoirs et que la patrouille de la campagne contre la corruption sociale vérifie  partout et tout le temps le respect des bonnes mœurs islamiques iraniennes. La tache est d’autant plus compliquée que le ministère de la culture et de l’orientation islamique vérifie que chaque parution littéraire, musicale, cinématographique  respecte les préceptes de l’Iran.

Dans En censurant un roman d’amour iranien, on suit la rédaction de ce roman d’amour. Le texte écrit par l’auteur est écrit en gras, de nombreux mots sont barrés suite à l’autocensure que l’auteur exerce sur son propre texte. Chaque retrait est explicité au lecteur sous la forme d’un jeu de question réponse qui se crée entre le lecteur et l’auteur. J’ai trouvé ce style narratif passionnant et les explications de Shahriar Mandanipour sont très enrichissantes. Il nous dévoile une multitude d’éléments sur les mœurs de l’Iran et il décortique sa littérature et la richesse de sa culture et de son histoire.  Il démontre que chaque récit, plus encore s’il est soumis à la censure, doit être lu à deux niveaux. Ce récit est fait avec beaucoup d’humour, de l’autodérision et une seconde histoire d’amour ressort de ce récit, celle de l’autour pour son pays adoré.

Je me suis très vite attachée aux deux amoureux, Dara et Sara. Le chemin vers leur amour semble tellement difficile. Ils sont à la fois cultivés, gentils, respectueux mais aussi un peu  rebelles.

Certains passages sont un peu longs mais on oublie cela très vite car l’envie de connaître ce pays grandit au fur et à mesure que les pages se tournent.  De plus, certaines références à la littérature demandent une culture approfondie des classiques littéraires.

J’ai lu ce livre dans le cadre des challenges :

# A vos nombres– Chez Piplo
# ABC 2014 – Chez Nanet

A vos nombresbanni_reABC2014_al_atoire

Publicités

13 réflexions sur “En censurant un roman d’amour Iranien- Shahriar Mandanipour

    • C’est vraiment très instructif… Quelle culture et quelle histoire fut seule de l’Iran. Et on se rend compte que malgré les difficultés de l’iranien, qu’est l’auteur, à supporter toutes ces contraintes, ces manques de libertés, il n’en aime pas moins son pays… On peut même dire qu’il l’en aime davantage!

      Réponse
    • Ce n’est pas vraiment émouvant car l’histoire d’amour décrite dans ce roman n’est qu’un prétexte pour évoquer les difficultés iranienne. Mais il est vrai que ces deux pauvres amoureux rencontrent des obstacles que moi petite française je n’imaginais pas

      Réponse
  1. J’avais beaucoup aimé ce roman et ça fait plaisir de voir que tu l’as autant apprécié. Très intéressant, ludique, drôle, on apprend plein de choses, tout ce que j’aime !

    Réponse
  2. Pingback: Bilan sur les challenges 2014. | Nos expériences autour des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s