Esprit d’hiver – Laura Kasischke

esprit-hiver-1400743-616x0    Titre  : Esprit d’hiver
    Auteur : Laura Kasischke
    Titre original : Mind of Winter
    Traducteur : Aurélie Tronchet (Anglais)
    Éditeur : Christian Bourgeois
    Date de publication : 2013
    Nombre de pages :  276
 
 
 
 
 
 
 
Quatrième de couverture :

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Ce que j’en pense :

Laura Kasischke est une romancière très douée pour mettre en place les ambiances, dans Esprit d’hiver dès la première page, voire les premiers mots, s’installe une atmosphère angoissante.

Esprit d’hiver se déroule sur une journée, le 25 décembre d’une année indéterminée. Holly et son mari Eric, se réveillent tard car ils ont un peu abusé du lait de poule la veille. Eric part donc précipitamment à l’aéroport chercher ses parents conviés pour le repas de Noel. Holly se retrouve donc seule avec sa fille Tatiana et cette phrase qui l’obsède depuis son réveil « Quelque chose les avait suivi depuis la Russie jusqu’à chez eux ».

Holly est une quadragénaire active, une poétesse frustrée, une femme qui érige sa fille unique au rang de divinité.

Tatiana est une adolescente gâtée de 15 ans. On la sait aimer de tous autant pour sa beauté que pour sa gentillesse et ses bonnes manières. Mais nous la découvrons agressive et provocatrice. Elle a été pensionnaire d’un orphelinat en Sibérie et a été adoptée par le couple à l’âge de 22 mois.

L’une comme l’autre, elles sont insupportables. La caractère insupportable des personnages principaux est selon moi partie prenante de cette ambiance ou est-ce l’inverse ? En effet, les pensées d’Holly sont pour certaines répétées, répétées, répétées… Ce procédé assure le coté obsédant de ses pensées mais quand il reprend un trait de caractère disgracieux, c’est le lecteur qui est sur les nerfs. D’autant plus que les innombrables répétitions donnent au début, une fois le décor posé, l’impression qu’il ne se passe rien… Que la lecture m’a paru fastidieuse à ce moment du roman ! Puis, tout semble s’accélérer (même si les répétitions demeurent) et on peut plus fermer le roman jusqu’au dénouement.

Dans ce roman, nous avons tous les éléments du thriller psychologique : le huis clos, les invités qui se décommandent ou fur et à mesure, le blizzard, les appels d’inconnus sur l’Iphone, quelques évènements qui semblent paranormaux et ses personnages tellement que l’on ne les cerne pas tout à fait.

Entrer à pas feutrés dans cette maison du Michigan pour découvrir cet étrange journée dans la vie d’Holly et Tatiana.

J’ai lu ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire 2013 organisée par Priceminister, je remercie Priceminister et Olivier pour cette jolie découverte. Je n’aime pas mettre de note, surtout en l’absence de référentiel mais puisque c’est la règle du jeu je note ce livre à 14/20.

Ce livre entre également dans le challenge des 170 idées – Chez Helran

Publicités