Les larmes de Tarzan – Katarina Mazetti

9782742788255    Titre  : Les larmes de Tarzan
    Auteur : Katarina Mazetti
    Titre original : Tarzan tårar
    Traducteur : Lena Grumbach et Catherine Marcus (suédois)
    Éditeur : Babel
    Date de publication : 2009
    Nombre de pages :  277
 
 
 
 
 
 
 
Quatrième de couverture :

Elle, c’est Mariana, mais leur rencontre fut assez fracassante pour qu’il la surnomme Tarzan. Lui, il s’appelle Janne, pour de vrai. Mère célibataire, elle élève seule deux enfants, caresse le souvenir de leur fantasque père évaporé dans la nature et tente de nourrir sa petite famille malgré des fins de mois asphyxiantes. Lui, il roule en Lamborghini, papillonne sans s’engager avec de jeunes femmes forcément cadres, élégantes et dynamiques, et déteste que des marmots salissent les sièges en cuir de sa voiture de sport.

Ces deux-là peuvent-ils s’aimer? Et si, malgré l’abîme qui les sépare, ils s’attachent l’un à l’autre, sauront-ils vivre une relation décomplexée qui fera fi des conventions et des barrières sociales ?

Après l’immense succès du « Mec de la tombe d’à côté », Katarina Mazetti met en scène un nouveau couple loufoque et improbable pour mieux brocarder les injustices sociales et rire de l’éternelle guerre des sexes dans un roman enlevé, drôle et caustique.

Ce que j’en pense :

La rencontre entre Tarzan (Mariana) et Janne est des plus rocambolesques. Katarina Mazetti nous présente deux personnages qu’a priori tout oppose.

Mariana est une maman solo avec deux jeunes enfants, elle est professeur d’arts plastiques à mi-temps… les fins de mois sont difficiles. Elle nourrit le secret espoir que son ancien compagnon, père des enfants, réapparaisse et que leur ancienne vie reprenne.

Janne a dix ans de moins que Mariana. Il est très riche au point de ne pas savoir comment dépenser son argent. Il est un homme à femmes, et ne s’attache jamais… un eternel adolescent roulant en Lamborghini.

Le sort va faire que ces deux personnes qui ne vivent pas dans le même monde se croisent puis chacun d’eux va solliciter une autre rencontre. Elle ayant besoin de lui pour amener un enfant à l’hôpital, lui ayant besoin d’elle pour récupérer un sac remplis de vêtements sentant le pipi.

J’ai été émue par ses deux personnages. Mariana qui peine de toutes ses forces pour remplir chaque jour l’assiette de ses enfants, pour leur organiser des activités à moindre prix. Sous les mots de Katarina Mazetti, on ressent la complexité d’élever deux enfants avec un demi salaire sans jamais tomber dans le misérabilisme, car l’auteur donne à Mariana un caractère très fort fait de dignité et de fierté.  Janne, un homme que l’on pourrait penser aux premiers abords hautain et radicalement insupportable, nous apparaît peu à peu attentionné, sensible  et affectueux.

Heureusement, cette histoire d’amour est loin d’être de tout repos, de nombreux obstacles parsèment la route de leur idylle. Finalement, rien de bien original dans cette histoire mais Katarina Mazetti fait de ce roman une histoire douce et délicieuse, en particulier grâce à son récit à trois voix, en effet nous lisons les mots de Mariana et Janne évidemment mais aussi des enfants. Les mots des enfants sont absolument attendrissants et amusants.

Un roman délicat qui m’a procuré beaucoup de plaisir à la lecture. J’ouvrirai rapidement d’autres romans de Katarina Mazetti.

J’ai lu ce roman dans le cadre du challenge :
Publicités