Le passeur – Lois Lowry

9782211021661FS

   

    Titre  : Lpasseur
    Auteur : Lois Lowry
    Titre original : The giver
    Traducteur : Frédérique Pressmann (Anglais – Etats Unis)
    Éditeur : L’école des loisirs
    Date de publication : 1994
    Date de la première publication :  Version originale 1993 / Version française 1994
    Nombre de pages :  288
    A partir de :   12 ans

 
 

Quatrième de couverture :

Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n’existent pas. Les inégalités n’existent pas. la désobéissance et la révolte n’existent pas. L’harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont « élargis », personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c’est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l’oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d’une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu’il est unique. Un destin extraordinaire l’attend. Un destin qui peut le détruire.

Lire la suite

Publicités

Le voyage de Simon Morley – Jack Finney

le-voyage-de-simon-morley

   

    Titre  : Le voyage de Simon Morley
    Auteur : Jack Finney
    Titre original : Time and Again
    Traducteur : Hélène Collon (Anglais)
    Éditeur : Denoël
    Date de publication : 2015
    Date de la première publication :  Version originale 1970 / Version française 1993
    Nombre de pages :  200

 
 
 

Quatrième de couverture :

Pour remonter dans le passé lointain, il n’est pas nécessaire d’utiliser une machine à voyager dans le temps. Il suffit de s’imprégner de l’époque dans laquelle on désire se rendre, de se dépouiller de toutes les pensées, comportements qui vous ancrent dans le présent, bref, de se conditionner mentalement et physiquement, pour être projeté dans le temps que l’on croyait perdu. Telle est la théorie du Pr. Danzinger. Informé de ce projet, qui a secrètement l’aval et le soutien logistique du gouvernement américain, Simon Morley doute, hésite… Mais la médiocrité de son existence, la curiosité, et le mystère qui entoure le suicide d’un aïeul de son amie Kate, finissent par le décider. Installé dans un appartement du «Dakota», un vieil immeuble new-yorkais demeuré intact, il va s’y comporter comme un homme de la fin du XIXe, et un soir de neige, après des jours d’efforts et d’attente, le miracle se produit…

Lire la suite

Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes

Des fleurs pour Algernon

   

    Titre  : Des fleurs pour Algernon
    Auteur : Daniel Keyes
    Titre original : Flowers for Algernon
    Traducteur : Georges H. Gallet (Anglais)
    Éditeur : Flammarion
    Date de publication : 1997
    Date de la première publication : 1959 sous forme de nouvelle ; 1966 sous forme de roman (Version originale) / 1972 (Version française)
    Nombre de pages :  440

 
 

Quatrième de couverture :

Charlie Gordon, le simple d’esprit, va devenir intelligent, très intelligent, grâce au traitement qu’il suit avec Algernon, une souris de laboratoire. Les progrès sont fulgurants, toute la vie de Charlie en est bouleversée. L’idiot, le benêt, devient plus fort que ses maîtres, si fort qu’il trouve la faille dans le traitement avant tout le monde. Mais que vont devenir Algernon et Charlie ?

Lire la suite

Fahrenheit 451 – Ray Bradbury

Fahrenheit 451

   

    Titre  : Fahrenheit 451
    Auteur : Ray Bradbury
    Titre original : Fahrenheit 451
    Traducteur : Jacques Chambon, Henri Robillot (Anglais)
    Éditeur : 10 / 18
    Date de publication : 2003
    Date de la première publication : 1953 (Version originale) / 1995 (Version française)
    Nombre de pages :  213

 
 

Quatrième de couverture :

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres, dont la détention est interdite pour le bien collectif.
Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement poursuivi par une société qui désavoue son passé.

Lire la suite

La nuit des temps – René Barjavel

La_Nuit_des_Temps_Ren_Barjavel    Titre  : La nuit des temps
    Auteur : René Barjavel
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Pocket
    Date de publication : 2000
    Nombre de pages :  394
 
 
 
 
 
 
 
Quatrième de couverture :

Dans l’immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé du relief sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace… Que vont découvrir les savants et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ? « La nuit des temps », c’est à la fois un reportage, une épopée mêlant présent et futur, et un grand chant d’amour passionné. Traversant le drame universel comme un trait de feu, le destin d’Elea et de Païkan les emmène vers le grand mythe des amants légendaires.

Ce que j’en pense :

J’ai lu la nuit de temps pour m’initier aux romans de sciences fictions et je dois malheureusement avouer que de ce point de vue j’ai été un peu déçue. Alors, oui j’avais sans doute fantasmé ce genre littéraire en imaginant le récit de choses extraordinaires complètement détachées de la réalité mais le roman de Barjavel est avant tout une histoire d’amour sur un fond fantastique.

Barjavel nous peint ici un monde vieux de 900 000 ans, un paradis terrestre appelé Gondawa, morceau de l’Antarctique dont sont originaires Eléa, Païkan et Coban.

Dans ce récit, on voit évidemment une critique de l’auteur sur la toute-puissance des Etats qui mène l’humanité à sa perte – au sens propre comme au sens figuré -. Cette idée est développée en parallèle d’un côté grâce aux souvenirs d’Eléa et d’un autre avec les péripéties vécues par les scientifiques.

Le récit est très bien mené, j’ai eu beaucoup de plaisir à le lire. J’ai adoré les incrustations schématiques – coupe transversale de l’œuf et l’équation de Zoran – parmi les mots et les jolies trouvailles futuristes – la mange-machine, le système d’ordinateur central -.

L’écriture de Barjavel est délicate, émotionnelle, fine. Cependant, il situe son action dans un monde essentiellement masculin voire macho – dont le plus digne représentant est Hoover – au centre de cet univers est présente Eléa décrite essentiellement par sa beauté physique ce qui m’a un peu dérouté.

L’histoire d’amour d’Eléa et Païkan est fusionnelle, intense, prédestinée, intemporelle qui revient fréquemment sous la formulation « Je suis à Païkan, Je suis à Eléa » est parfaitement décrite, on la ressent à chacune des interventions de Eléa. Néanmoins, je n’y ai pas été sensible sans doute est-elle trop parfaite pour qu’elle me semble réelle et que je m’y attache.

Et pourquoi Monsieur Barjavel avez-vous voulu que le narrateur, Dr Simon, tombe éperdument amoureux d’Eléa ? Selon moi, la confiance suscitée par Simon auprès d’Eléa peut être toute aussi grande sans que celui-ci soit amoureux d’elle au premier regard. Ça m’a un peu gêné sans selon moi apporter quelque chose à l’histoire.

En résumé, une très jolie histoire d’amour sur fond d’univers fantastique qui se lit avec beaucoup de plaisir et de facilité. Mais je reste quand même avec un arrière-gout de trop d’histoire d’amour et pas assez d’histoire fantastique.

 

Livre lu dans le cadre du Challenge Haut en couleurs – Chez Addiction Littéraire et du challenge Les 100 livres à lire au moins une fois – Chez Bianca

Challenge Couleurs

challenge-des-100-livres-chez-bianca

La ballade de Lila K – Blandine Le Callet

cover-1070-big
    Titre  : La ballade de Lila K
    Auteur : Blandine Le Callet
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Le livre de poche
    Date de publication : 2012
    Nombre de pages :  354

 

 

 

Quatrième de couverture :

La ballade de Lila K, c’est d’abord une voix : celle d’une jeune femme sensible et caustique, fragile et volontaire, qui raconte son histoire depuis le jour où des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l’a prise en charge. Surdouée, asociale, polytraumatisée, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Elle n’a qu’une obsession : retrouver sa mère, et sa mémoire perdue. Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, où la sécurité semble désormais totalement assurée, mais où les livres n’ont plus droit de cité…

Ce que j’en pense :                            images-12Ce roman est un coup de coeur. images-12

Avec la ballade de Lila K, le lecteur est plongé dans le Paris du 22ième siècle. Une ville ultra sécuritaire, les cures de botox sont obligatoires, le droit à la conception est contrôlé et les livres sont interdits (le papier les constituant étant considéré comme toxique). Voilà pour le décor !!!

Le début du roman est intriguant, on ne sait pas qui sont ces hommes en noir, pourquoi est elle retirée avec violence à sa mère, pourquoi cet institut dans lequel elle est placée est tant surveillé, pourquoi lui fait on passer cette série de test, quel âge a t elle, où sommes nous ???? C’est pour répondre à toutes ces questions que je suis restée accrochée avec beaucoup de plaisir à ce livre.On apprend ensuite que Lila est une petite fille maltraitée, silencieuse, intelligente, asociale et qui n’a qu’une obsession retrouvée sa mère et comprendre ce qui lui est arrivée. Sa mère l’aimait, elle en est persuadée.Au fil des rencontres, elle avancera petit à petit vers sa mère et découvrira son histoire. Les personnages qui font grandir Lila manquent cependant contenu. J’aurai aimé en savoir un peu plus sur M Kauffmann, Lucienne, Milo, Justinien et ce magnifique chat arc en ciel.Ce livre est une petite merveille même si je me dis que c’est un livre « pour les filles écrit par une fille ». Je m’interroge sur ce qu’en pense les lecteurs.