La garçonnière – Hélène Grémillon

La garçonnière

   

    Titre  : La garçonnière
    Auteur : Hélène Grémillon
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Folio
    Date de publication : 2015
    Date de la première publication : 2013
    Nombre de pages :  400

 
 
 
 

Quatrième de couverture :

Buenos Aires, 1987. Lisandra Puig est retrouvée morte défenestrée, au pied de son immeuble. La police aussitôt suspecte son mari, le docteur Vittorio Puig. Il est psychanalyste. Dans son cabinet s’allongent sur le divan bourreaux et victimes de la dictature argentine. Eva Maria est l’une d’entre elles. Persuadée de l’innocence de Vittorio, elle décide de mener l’enquête. Pour elle, c’est certain : le meurtrier se trouve parmi les patients. Mais lequel? Et pourquoi?

Lire la suite

Publicités

Le confident – Hélène Grémillon

le-confident

   

    Titre  : Le confident
    Auteur : Hélène Grémillon
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Folio
    Date de publication : 2012
    Nombre de pages  311

 
  
 
 
 
 
 
 
 
 

Quatrième de couverture :

Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psyhologique dans un scénario implacable.

Ce que j’en pense :

Le confident est un roman qui pourrait être qualifié de roman épistolaire même si personne ne le classe dans cette catégorie. Je suis généralement sensible à cette littérature car c’est selon moi un genre narratif qui met les personnages au plus près du lecteur.  Et en effet, j’ai adoré ce roman qui répond pleinement à cette règle.

Camille, qui vient de perdre sa mère, reçoit une série de lettres de Louis, elle ne le connaît pas et c’est lui qui incarne rôle du confident. En effet, même si toute la correspondance est rédigée de la main de Louis, ces courriers ne sont pas seulement ses mots. Dans un premier temps, il relate  son amour presque à sens unique pour Annie, dans un deuxième temps, il recopie les mots d’Annie lors de son incroyable aventure avec le couple M et enfin ce sont les mots de Madame M que consigne Louis.

Ces trois récits s’entrecroisent et se poursuivent pour finalement nous dévoiler en même temps qu’à Camille toute l’histoire, toute son histoire.

Hélène Grémillon nous conte des faits odieux répréhensibles mais tous sont faits par amour, par amour d’une femme, par amour d’un homme et par amour d’un enfant. C’est pourquoi dans ce roman, il n’y a ni méchants ni gentils. J’ai été attendrie par chacun des personnages et je leur pardonne leurs mensonges, leurs manipulations ou même leur barbarie car tout est guidés par le cœur. La tournure catastrophique que prend cette histoire est également en grande partie liée aux non dits, aux faux semblants.

Ce récit est fait sur fond de seconde guerre mondiale, Hélène Grémillon ne s’étend pas sur les monstruosités de cette guerre mais  ces personnages utilisent à merveille les événements de cette période pour se manipuler et se tromper les uns les autres.

La plume de  cet auteur n’a rien d’original mais son verbe est efficace. Je dois avouer que j’étais très impatiente de découvrir le fin mot de ce récit, le suspens est très bien mené.

Ce roman aborde également un thème très peu répandu dans la littérature l’infécondité des couples au milieu du 20ième siècle. Comment est elle  reçue par la société ? Comment est elle traitée ?

Une histoire dérangeante pour un magnifique roman !

J’ai lu ce livre dans le cadre des challenges :

# Le challenge ABC 2014 – Chez Nanet
# La plume au féminin – Chez Opaline

banni_reABC2014_al_atoireplume2014_2