Le convoi de l’eau – Akira Yoshimura

Le convoi de l'eau

   

    Titre  : Le convoi de l’eau
    Auteur : Akira Yoshimura
    Titre original : 水の葬列
    Traducteur : Yutaka Makino (Japonais)
    Éditeur : Actes Sud
    Date de publication : 2009
    Date de la première publication : Version originale 1967 / Version française 2009
    Nombre de pages :  176

 
 

Quatrième de couverture :

Un homme étrange s’engage au sein d’une équipe chargée de construire un barrage en hatue montagne. Perdu dans la brume, tout au fond d’une vallée mal connue, se révèlent les contours d’un hameau, mais les travaux ne sont pas remis en question par cette découverte: le village sera englouti sous les eaux.
Au cours de ce terrible changier, le destin de cet homme entre en résonance avec celui de la petite communauté condamnée à l’exil. A la veille du départ aui leur est imposé, il observe les premières silhouettes alignées sur le sentier escarpé. Elles sont innombrables et portent sur leur dos un singulier fardeau.

Ce que j’en pense :

Une équipe d’ouvriers est envoyée par la compagnie d’électricité afin de construire un barrage hydroélectrique à partir d’une cuvette entourée de montagne. L’expédition est longue et le travail difficile mais les volontaires ne manquent pas car la paye est généreuse. Le narrateur fait parti de ses hommes, ce n’est cependant pas l’argent qui a guidé son choix mais son envie de fuir la ville, son passé. L’expédition découvre, un hameau « inconnu » dans la vallée, les travaux continuent pourtant perturbant la tranquillité et les habitudes des autochtones. C’est en unissant son esprit à celui des habitants du hameau que le narrateur trouve sa rédemption.

Le convoi de l’eau est un roman tout en douceur. Les descriptions poétiques des lieux et des émotions débordent de chacune des pages de ce court roman. Akira Yoshimura construit en seulement quelques pages une atmosphère brumeuse et envoutante !

Le narrateur est anonyme, nous ne connaissons pas son nom. Il se dévoile pourtant au fil des pages en nous contant son passé. Ce passé ne le rend pas très sympathique. On le découvre cependant diffèrent des autres ouvriers de la cordée face à ce monde inconnu, différent que représente les habitants du hameau et entre peu à peu dans le cœur du lecteur.

Les phrases d’ Akira Yoshimura, m’ont un peu déstabilisée au départ, j’ai du mal à les lire, à me les appropriées. Puis j’ai rapidement été conquise par leur poésie et leur simplicité.

 

Le convoi de l’eau est un magnifique voyage dans les subtilités et contradictions du Japon.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge :

# ABC 2015 chez Nanet
# Challenge écrivains Japonais d’hier et d’aujourd’hui – Chez Adalana

ABC2015

logo-challenge-c3a9crivains-japonais


 

Publicités

6 réflexions sur “Le convoi de l’eau – Akira Yoshimura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s