L’insouciance – Karine Tuil

l'insouciance

                                                    

   Titre  L’insouciance
    Auteur : Karine Tuil
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Gallimard
    Date de publication : 2016
    Date de première publication  : 2016
    Nombre de pages  528

 
 
 
 

Quatrième de couverture :

De retour d’Afghanistan où il a perdu plusieurs de ses hommes, le lieutenant Romain Roller est dévasté. Au cours du séjour de décompression organisé par l’armée à Chypre, il a une liaison avec la jeune journaliste et écrivain Marion Decker. Dès le lendemain, il apprend qu’elle est mariée à François Vély, un charismatique entrepreneur franco-américain, fils d’un ancien ministre et résistant juif. En France, Marion et Romain se revoient et vivent en secret une grande passion amoureuse. Mais François est accusé de racisme après avoir posé pour un magazine, assis sur une œuvre d’art représentant une femme noire. À la veille d’une importante fusion avec une société américaine, son empire est menacé. Un ami d’enfance de Romain, Osman Diboula, fils d’immigrés ivoiriens devenu au lendemain des émeutes de 2005 une personnalité politique montante, prend alors publiquement la défense de l’homme d’affaires, entraînant malgré lui tous les protagonistes dans une épopée puissante qui révèle la violence du monde.

Ce que j’en pense :

L’insouciance est un roman passionnant. J’ai eu beaucoup de mal à le reposer même si j’y ai vu un gros défaut.

Ce roman met en scene trois voire quatre personnages qui n’auraient pas dû se rencontrer. Ils vont pourtant se croiser au hasard des événements. Ils partagent surtout un point commun, le coeur du roman. Ils sont, chacun à leur manière, meurtris par une blessure invisible, une blessure de l’âme qui va transformer leur vie.

Ce roman est découpé en courts chapitres alternant les points de vue, tout en construisant la continuité du récit. Le rythme est rapide et les pages se tournent sans aucun effort. L’envie de savoir ce que l’auteur réserve aux personnages est omniprésent. Les rebondissements s’enchainent, les personnages voyagent au quatre coins du monde… on en a plein les yeux.

Karine Tuil choisit d’ancrer son histoire dans le réel. C’est donc sans aucune difficulté que se projette dans ce récit. On ne peut pas y échapper, il nous prend, il nous tient.

Un vrai bonheur de lecture pourtant ce texte contient de bien trop nombreux clichés. Personne n’y échappe… les noirs, les juifs, la banlieue, le pouvoir qu’il soit politique ou financier. C’est dommage !

 

 Je remercie Babelio et les éditions Gallimard qui m’ont permis de lire ce magnifique texte passionnât en avant première.

masse_critique

logo_gallimard

Publicités

6 réflexions sur “L’insouciance – Karine Tuil

  1. J’avais eu très envie de lire le précédent et j’avais été déçue, à la fois par les clichés et par l’écriture. Malgré tous les avis enthousiastes, je vais passer cette année.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s