Fils de l’eau – Byeong-mo Gu

fils de l'eau
   Titre  : Fils de l’eau 
   Auteur : Byeong-mo Gu
   Titre original : Agami
   Traducteur : Yeong-hee Lim et Mélanie Basnel  (Coréen)
   Éditeur : Picquier poche
   Date de publication : 2013
   Nombre de pages :  192
   Date de première publication :  2011 (Version originale) / 2013 (Version française)
 
 
 
 
 
 

Quatrième de couverture :

Pour échapper à la noyade, un enfant développe des branchies qui vont lui permettre de respirer, de survivre dans le monde des hommes et de nager dans la solitude de l’eau et le bonheur d’être libre au milieu des poissons.
Cet épisode sera pour lui comme une seconde naissance car il ne se souvient de rien de ce qui s’est passé avant.
Recueilli par un vieil homme et son petit-fils, il mène avec eux une vie fruste et innocente au bord du lac où ils vivent, forcé de cacher sa singularité aux yeux des autres.
Profondément ancré dans la réalité de la Corée d’aujourd’hui, ce roman distille un charme secret.
Imprégné de l’odeur de l’eau et des algues, de la violence de la pluie, il conte l’histoire d’un être à part, dont la différence est à la fois un malheur et une grâce, avant de devenir le moyen de sauver les autres.


Ce que j’en pense :
 

Désespéré un père se jette avec son enfant du haut d’un pont espérant finir noyer dans la rivière. Cependant, un phénomène fantastique change son corps en poisson. Cette transformation lui permet de respirer sous l’eau et lui permet de survivre.

C’est à partir de cette idée originale que Byeong-mo Gu nous offre un conte moderne mêlant douceur et cruauté.

J’ai été émerveillée par ce récit.

Grace à ses chapitres courts, à son écriture fluide et à son ton teinté d’humour, Fils de l’eau est un roman dans lequel j’ai plongé sans vouloir en sortir. J’y ai rencontré de splendides descriptions de la liberté lorsque ce garçon-sirène vogue à travers les flots mais aussi la froideur, la dureté du monde terrestre peuplé d’hommes souvent sauvages et cruels.  En effet, j’ai découvert un peuple coréen conservateur, replié sur lui même. L’espoir est pourtant au rendez-vous puisque celui que l’on nomme Gon va croiser une série de personnages qui par différents aspects vont lui permettre de se connaitre, de s’accepter et de grandir.  Un très beau roman initiatique.

A travers ce conte fantastique, l’auteur aborde les thèmes très actuels de l’intégration, de la différence.

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge :
# Petit Bac 2016 Chez Ennalit

 

Petit bac 2016

Publicités

9 réflexions sur “Fils de l’eau – Byeong-mo Gu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s