Le héron de Guernica – Antoine Choplin

Le héron de Guernica

   

    Titre  : Le héron de Guernica
    Auteur : Antoine Choplin
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Éditions du Rouergue
    Date de publication : 2011
    Date de la première publication : 2011
    Nombre de pages 160

 
 
 
 
 
 
 

Quatrième de couverture :

A Guernica, en avril 1937, le jeune Basilio passe son temps dans les marais à peindre des hérons cendrés, alors que la population fuit dans la crainte de l’arrivée des Nationalistes. Le jour même du bombardement, le 26 avril, il cherche à rendre le frémissement invisible de la vie, dans les plumes d’un oiseau. Mais une fois la ville en feu, il ne peut se retenir d’aller voir, de ses propres yeux le massacre. Comment rendre compte de la réalité, que ce soit celle d’un héron ou d’une guerre terrible ?  Basilio se rendra jusqu’à Paris, au début de l’été, pour découvrir le « Guernica » de Picasso, cette peinture magistrale, témoignage imparable de la tragédie, bien que le peintre célèbre n’en ait pas été le témoin. Avec son économie de style, Antoine Choplin nous interroge sur la nécessité de l’art pour rendre compte de notre condition humaine, même la plus extrême.

Ce que j’en pense :

Avril 1937, Basilio vit à Guernica. C’est un jeune homme gentil voire un peu naïf. Il passe tout son temps libre à peindre dans les marais. Sa muse est un héron cendré. Dans sa peinture, il cherche à restituer l’immobilité de l’animal et sa majestuosité. Aujourd’hui il travaille avec minutie et passion puisque cette toile, il l’a promise à Celestina dont il est sous le charme.

L’Espagne déjà malmenée par la guerre civile est bombardée par l’aviation nazie. Pendant le bombardement, Basilio comme de très nombreux habitants se réfugie dans l’église où ils seront à l’abri. L’ecclésiastique lui tend alors un appareil photo en lui demandant de photographier l’horreur. Mais tout comme dans ces tableaux comment faire transparaitre la réalité à travers une image fixe.

Le héron de Guernica est un roman partagé entre fiction et réalité historique. Antoine Choplin nous offre un texte basé sur la représentation de l’invisible, de l’indicible et du ressenti. Un thème très original et une vraie question auxquels les premiers éléments de réponses faute du tableau de Basilio pourront être trouver dans Guernica de Pablo Picasso .

Guernica, Pablo Picasso, 1937

Guernica, Pablo Picasso, 1937

J’ai découvert Antoine Choplin dans La nuit tombée. Je retrouve ici une écriture délicate et fine au service d’un roman plein d’humanité et d’intelligence.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre des challenges :
# Petit Bac 2016 Chez Ennalit
# Les anciens sont de sortie – Challenge à contre-courant – Chez Stephie
Ma PAL d’hiver

 

Petit bac 2016les-anciens-sont-de-sortie1

Ma PAL d'Hiver

Publicités

4 réflexions sur “Le héron de Guernica – Antoine Choplin

  1. J’en garde un joli souvenir, même s’il s’efface un peu… Mais effectivement, une variation délicate sur un thème franchement rebattu. Je n’ai jamais relu Choplin depuis, mais je sais que c’est un tort !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s