Les grand-mères – Doris Lessing

les grand-mères

   

    Titre  : Les grand-mères
    Auteur : Doris Lessing
    Titre original : The grandmothers
    Traducteur :  Isabelle D. Philippe (Anglais – Angleterre)
    Éditeur : J’ai lu
    Date de publication : 2013
    Date de la première publication : Version originale 2003 / Version française 2005
    Nombre de pages :  95

 
 
 

Quatrième de couverture :

Sur la terrasse d’un café dominant la baie de Baxter’s Teeth, deux familles, qui semblent n’en former qu’une, se prélassent au soleil. Roz et Lil, les grand-mères, toutes deux d’une grande beauté, sont entourées de Tom et lan, leurs fils, et de leurs petites-filles. La perfection offerte à l’admiration de tous. Jusqu’à ce que Mary, la femme de Tom, surgisse, ivre de colère, jetant une ombre sur ce tableau idyllique.

Ce que j’en pense :

Dans un cadre paradisiaque, deux magnifiques vieilles dames Roz et Lil dégustent quelques boissons fraiches à la table d’un bar accompagnées chacune de leur fils et de leur petite fille. La relation entre ces six êtres est si fusionnelle qu’elle attire les regards voire l’amour.  Brutalement, une des deux épouses s’emparent des enfants en précisant qu’elles ne reviendront plus.  Les grand-mères rayonnent entre amusement et désarroi.

C’est l’avis de Noctembule qui m’a donné envie de lire ce roman. Je suis toujours ses conseils les yeux fermés et encore un fois je ne le regrette pas. Les grand-mères est un livre puissant que je suis pas prête d’oublier.

Doris Lessing crée tout au long du récit une atmosphère pesante qui met presque mal à l’aise. Elle maitrise très bien son sujet et parvient à déstabiliser son lecteur à peine 100 pages. Elle construit une histoire malsaine dépourvue d’émotion et pourtant on s’imprègne de chacun des personnages sans jamais les comprendre. Elle met de la distance entre ces personnages et elle-même. Elle ne juge pas, elle ne s’implique pas ce que je n’ai pas réussi à faire. Je me suis longuement interrogée sur cette relation.

Je l’ai lu très vite. Je souhaitais absolument savoir jusqu’où irait cette histoire. J’ai été happée par cette lecture. Je ne comprenais comment ces deux amies d’enfance étaient capable d’un tel magnétisme l’une sur l’autre mais aussi sur chacun de membre de leur famille.

Une magnifique expérience qu’il me tarde de pouvoir la renouveler.

 

Publicités

14 réflexions sur “Les grand-mères – Doris Lessing

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s