La petite communiste qui ne souriait jamais – Lola Lafon

La petite communiste qui ne souriait jamais

   

    Titre  : La petite communiste qui ne souriait jamais 
    Auteur : Lola Lafon
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Actes Sud
    Date de publication : 2014
    Date de la première publication : 2014
    Nombre de pages :  320

 
 
 
 

Quatrième de couverture :

Retraçant le parcours d une fée gymnaste, qui, dans la Roumanie des années 1980 et sous les yeux émerveillés de la planète entière, vint, en son temps, mettre à mal guerres froides, ordinateurs et records, ce roman est le portrait d une enfant, puis d une femme, évadée de la pesanteur, sacralisée par la pureté de ses gestes et une existence intégralement dévolue à la recherche de la perfection. En mettant en exergue les dévoiements du communisme tout autant que la falsification, par les Occidentaux, de ce que fut la vie dans le bloc de l’Est, ce récit, lui-même subtilement acrobate, est aussi une passionnante méditation sur l’invention et l’impitoyable évaluation du corps féminin.

Ce que j’en pense :

Découvrir le parcours de femmes d’exception est une des choses que je préfère dans la lecture. La petite communiste qui ne souriait avait donc à ce titre tout pour me plaire. Malheureusement, je ressors dubitative de ma lecture.

Nadia Comaneci a sans nul doute un parcours exceptionnel. A seulement 14 ans, elle est la première à recevoir la note maximale au JO de Montréal. Le public est sous le charme. Même l’ordinateur officiel des JO en perd le nord. Elle devient alors pour de très nombreuses petites filles du monde entier un modèle.

En pleine guerre froide, Nadia devient rapidement le faire valoir de Ceaușescu et de sa doctrine communiste. Ses gestes sont épiés par le système. Ses mots sont dictés par le système.

On découvre une Nadia battante, sans pitié et mystérieuse. Le texte de Lola Lafon ne nous aide pas beaucoup à décrypté cette énigmatique enfant. L’auteur s’est beaucoup documentée pour écrire ce roman. Mais elle ne détient pas la vérité sur le personnage de Nadia. Elle donne la parole à son héroïne pour la contredire, la nuancer dans son incertitude. Cela m’a finalement beaucoup gênée dans ma lecture car cela m’a plus embrouillée qu’éclairée.

La vie de Nadia est passionnante mais la vie en Roumanie pendant la guerre froide m’a bien plus intéressée encore. Là aussi, ce roman présente deux aspects celui de l’auteur et des documents qu’elle a recueillis et celui de ceux qui l’ont vécu et notamment Nadia elle même. Là aussi le grand écart est fantastique. Je suis donc restée sur ma faim et j’espère pouvoir rapidement lire d’autres romans traitant de ce sujet car il m’a passionné.

Le rythme du récit et son organisation m’ont déplu. L’auteur précise que son récit est chronologique, heureusement car je me suis souvent sentie perdue. Lola Lafon souhaite également être la plus nuancée possible en donnant la parole à tous les avis, c’est louable mais en contre partie j’ai ressenti un texte désordonné dans lequel je n’ai pas réussi à trouver mes marques.

J’ai lu ce livre dans le cadre des challenges :
# Ma PAL d’Hiver

 

 

Ma PAL d'Hiver

Publicités

12 réflexions sur “La petite communiste qui ne souriait jamais – Lola Lafon

  1. J’ai bien aimé cette lecture, mais il est vrai que j’ai vu beaucoup d’avis mitigés.
    En y repensant, il est vrai qu’elle donne souvent la parole à Nadia pour suite nuancer, ou dire le contraire. C’est un peu gênant, et en même temps je comprends la démarche puisqu’elle cherche la vérité, mais au final il n’y a pas de vérité : seule la gymnaste l’a, et ce n’est pas dit qu’elle dévoile tout un jour.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s