Barracuda – Christos Tsiolkas

9782714457912

   

    Titre  : Barracuda
    Auteur : Christos Tsiolkas
    Titre original : Barracuda
    Traducteur : Jean-Luc Piningre (Anglais – Australie)
    Éditeur : Belfond
    Date de publication : 2015
    Date de la première publication : Version originale 2013 / Version française 2015
    Nombre de pages :  453

 
 
 
 

Quatrième de couverture :

Daniel Kelly sort de prison.
Vingt ans plus tôt, il était Danny « Barracuda », le grand espoir de la natation australienne. Un adolescent rageur, animé par la soif de vaincre, tout entier tendu vers un seul but : devenir champion. Pour n’être plus le petit métèque, fils d’une coiffeuse grecque et d’un routier australien. Pour montrer à ces petits bourges pour qui tout semble facile que lui, le boursier, peut les battre. Pour ne plus être prisonnier de ce corps encombrant, de ces pensées qui lui viennent dans les vestiaires.
Aujourd’hui, Daniel est ce champion déchu qui a commis l’irréparable. Il est cet homme que la prison a à la fois brisé et révélé. Il est ce fils, ce frère qui veut se réconcilier avec les siens. Il est cet adulte qui va devoir une dernière fois se confronter à l’ado qu’il était pour mieux tenter de revivre…

Ce que j’en pense :

J’ai lu Barracuda grâce à ma copinaute Noctenbule. Sa chronique qui m’a donné envie de le découvrir et elle me l’a gentiment prêté.

J’ai adoré ce livre et Daniel, son héros. Un livre violent dans ces mots et dans ces actes et qui reste une lecture mémorable.

Daniel Kelly dit Danny, Dan ou encore Barracuda est un bon nageur. Un excellent nageur même puisqu’il a été repéré et a obtenu une bourse pour intégrer un collège prestigieux dans lequel il pourra s’entrainer pour devenir un champion. Une course malheureuse entrave ses plans de victoire et de vie.

J’ai été extrêmement touchée par Danny. Il a un moral solide « il est le plus fort, le plus rapide, le meilleur ». Il poursuit son rêve avec abnégation. Il essaie d’exister dans un monde qui n’est pas le sien. L’adolescence et l’échec font submerger l’incompréhension, le doute et la colère qui sommeille en lui. Chacun, à son niveau, pourra se reconnaitre des ces réflexions. Il se révolte, exprime difficilement son amour. Il est entier, faillible. Je l’ai adoré.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Torma, l’entraineur et Stéphanie, la mère sont des personnages particulièrement bien construits. Ils ne révèlent pas tout de leur personnalité  mais m’ont beaucoup plu.

A travers le récit biographie de ce jeune garçon, Barracuda aborde un nombre très important de sujets, parmi eux, l’intégration, la quête d’identité, l’apprentissage de l’échec, la recherche de la performance. Des thèmes forts qui font de Barracuda, un roman dans lequel je me suis plongée sans pouvoir respirer.

Christos Tsiolkas dépeint de son pays un portrait sans concession, loin des images idylliques que nous pouvons avoir de l’Australie.

Le récit n’est pas chronologiquement linéaire. Je n’y suis un peu perdue. C’est le seul petit reproche que je fais à ce livre.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre des challenges :

1% de la rentrée littéraire – Session 2015 / Chez Hérisson08
# 1 pavé par mois – Chez Bianca
# ABC 2015 chez Nanet

 

challenge rl jeunessechallenge-un-pave-par-mois

ABC2015

 

 

 

Publicités