L’Edit d’Alambrisa – Alix d’Angalie

   

L'Edit d'Alambrisa    Titre  : L’Edit d’Alambrisa
    Auteur : Alix d’Angalie
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Monde Premier
    Date de publication : 2013
    Date de la première publication : 2013
    Nombre de pages :  712

 
 
 
 
 
 

Quatrième de couverture :

À l’issue d’une ère de guerres sanglantes, les Hommes sont parvenus à développer une civilisation aussi pacifique que prolifique. Tellur est un monde en Paix, un rêve devenu réalité au prix de sacrifices incommensurables… et grâce à l’Édit d’Alambrisa. Plus de trois-mille six-cent ans après la rédaction de l’Édit d’Alambrisa, Sicara Narki accède au prestigieux statut d’Apprentie et intègre le lieu de formation des Mages les plus puissants de Tellur, sous l’égide du plus mystérieux des professeurs. Mais elle est loin de mener au Conservatoire la vie studieuse et sereine à laquelle elle a toujours aspiré. Une série de drames sans précédent vient perturber la Paix d’Alambrisa et très vite, l’Apprentissage de Sicara prend une tournure inattendue et dangereuse qui changera du tout au tout le cours de son existence… et peut-être même la civilisation de l’Édit tout entière.

Ce que j’en pense :

J’ai un peu déserté le blog ces derniers temps car l’envie n’est plus vraiment là. Non pas l’envie de lire, celle ci est toujours intacte mais l’envie d’écrire. J’aime toujours autant partager autour de mes lectures mais prendre la clavier pour rédiger mon avis est toujours difficile et donc je reporte sans cesse ce moment. Hop ! Un peu de courage !

Ce livre m’a gentiment été proposé par la maison d’édition Monde Premier qui comme nous tient un blog que je vous invite à aller visiter. Quand j’ai reçu le colis, j’ai été très surprise par l’objet livre, je ne m’attendais pas du tout à ça. Il m’a apriori rebutée (j’y reviendrai plus loin) et comme la fantasy n’est pas mon genre de prédilection, je n’ai pas eu envie de la laisser trainer dans ma bibliothèque de peur de ne plus jamais l’en sortir. C’est donc dans cet état d’esprit que j’ai immédiatement commencé cette lecture, autant vous dire que ce n’était pas gagné. Contre toute attente, j’ai adoré ce livre.

Pourtant L’Edit d’Alambrisa commence lentement puisqu’une bonne centaine de pages sont consacrées à nous faire découvrir le monde dans lequel nous plonge Alix D’Angalie. Cette description qui m’a un peu ennuyée ma paraît maintenant indispensable pour réellement apprécier le roman et m’a permis de me sentir comme chez moi dans les rue d’Alambrisa.

Nous y suivons Sicara, une jeune douée qui commence son apprentissage pour exercer et maitriser son don. La cité d’Alambrisa est prospère, la population est heureuse, personne n’est laissé pour compte.. Que l’on soit privelins (sans don) ou doués une place nous est offerte dans cette société harmonieuse. Nous sommes au XXXIII ième siècle, la guerre n’existe plus, la paix a été instaurée définitivement. Un monde idéal, mais à quel prix !

L’histoire de Sicara est prenante. On s’attache rapidement à cette jeune fille un peu rebelle et à Ergj, son mystérieux maitre. On déambule avec eux dans les rues de la cité sans aucun étonnement, tellement les choses sont bien menées et que tout semble naturel. Lorsque la Cause et son corolaire sont révélés, la cause éradiquée pour établir cette sérénité, l’absence de la cause étant le fondement même de la cité, j’ai été complètement bluffée. Je n’ai rien vu venir, ca a été pour moi un choc car les indices sont semés et pourtant rien ne m’a mis la puce à l’oreille. A partir de ce moment, je n’ai plus été capable de quitter les Alambrisans.

Il faut dire que les rebondissements sont nombreux et que les évènements se bousculent. On est essoufflé à suivre le parcours de cette jeune douée tellement les surprises et les embuches s’enchainent. C’est un vrai bonheur !

Le texte est particulièrement travaillé. J’ai eu un pensée pour Mlle Juin et son article La langue française car on y trouve les verbes gourmander et admonester. J’ai pris beaucoup de plaisir à la lecture mis à part la présence quelques coquilles.

J’aimerai revenir à l’objet livre. Il a une jolie couverture douce et moelleuse. Mais le format est immense et très lourd, impossible de le lire en le tenant dans les mains, il faut absolument le poser pour éviter une entorse du poignet. Je lis beaucoup quand je suis en vadrouille et avec ce livre c’est simplement impossible. Dommage !

 

Pour finir, L’Edit d’Alambrisa est un livre qui passe inaperçu et pourtant il nous promet un beau moment de lecture et il tient toutes ses promesses.

 

J’adresse un grand merci à Charlotte de m’avoir proposé ce roman et à Alix d’Angalie pour sa gentille dédicace.

 

J’ai lu ce livre dans le cadre des challenges :
# ABC 2015 chez Nanet
# 1 pavé par mois – Chez Bianca
ABC2015
challenge-un-pave-par-mois
 

 

 

Publicités

16 réflexions sur “L’Edit d’Alambrisa – Alix d’Angalie

    • Je ne voudrais pas t’induire en erreur , je ne suis pas une spécialiste du genre fantasy mais il me semble que le genre n’est pas très prononcé dans ce roman. C’est un roman très agréable à lire mais je ne sais pas si le fan du genre y trouveront ou non leur compte.

      Réponse
  1. Je savais bien que le verbe « gourmander » avec un grand potentiel! 😀

    ça a l’air d’être un livre particulièrement riche par rapport à d’autres du même style.

    Réponse
  2. Finalement, ce premier aperçu de la fantasy t’a bien plu! C’est souvent lent à démarrer dans les livres de fantasy, car il faut poser le contexte et tout expliquer, mais j’aime beaucoup! Contente que celui-ci t’aie plu et au final, il faut peut-être mieux avoir un pavé à lire qu’une saga sans fin 🙂

    Réponse
    • Oui c’est pour cela que je l’ai choisi. Charlotte me proposait deux livres, l’un en trois tomes l’autre en one shot. J’ai jeté mon dévolu le celui-ci que je ne voulais pas me lancer dans une saga. Je fuis les sagas.

      Réponse
    • C’est très important de bien choisir son pavé (en l’occurrence celui je ne l’ai qu’à moitié choisi) car le temps qu’on leur consacre est plus long 🙂
      L’Edit d’Alambrisa est un livre injustement méconnu car je suis sûre qu’il pourrait satisfaire un large public.

      Réponse
  3. Pingback: Liste des participants Challenge 1 pavé par mois | des livres, des livres !

  4. Je suis infiniment reconnaissante que vous ayez accepté de me lire alors que je ne fais pas partie des auteurs dont on entend parler (loin de là!). Et encore plus quand je lis votre chronique !
    Merci mille fois pour votre enthousiasme qui me donne du cœur pour poursuivre dans mes rêves écrits !

    (pour ce qui est du verbe « gourmander », MlleJuin, c’est un vieux réflexe, car j’adore les mots dits désuets de notre langue fourmillante!)

    Mes amitiés !

    Alix

    Réponse
    • Merci à vous de m’avoir permis de lire votre roman par l’intermédiaire de Charlotte. Les aventures de Sicara sont vraiment prenantes et agréables à lire. Je n’étais pas très ouverte au genre fantasy et grâce à vous je regarde d’un autre œil les petits êtres merveilleux et les mondes parallèles. Je vous souhaite de continuer à écrire de si jolies histoires.

      Réponse
  5. Pingback: Challenge 1 pavé par mois : livres lus en mars 2015 | des livres, des livres !

  6. Pingback: Partenariats : entre haine et amour | Éditions du Monde Premier

  7. Pingback: L’Edit d’Alambrisa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s