Le journal intime d’un arbre – Didier Van Cauwelaert

Le_journal_intime_d_un_arbre

   

    Titre  : Le journal intime d’un arbre
    Auteur : Didier Van Cauwelaert
    Titre original 
    Traducteur : –
    Éditeur : Michel Lafon
    Date de publication : 2011
    Date de la première publication : 2011
    Nombre de pages :  300

 
 
 

Quatrième de couverture :

Il s’appelait Tristan, il avait trois cents ans, il avait connu toute la gamme des passions humaines. Une tempête vient de l’abattre, et c’est une nouvelle vie qui commence pour lui.

Planté sous Louis XV, ce poirier nous entraîne à la poursuite du terrible secret de ses origines. Des guerres de religion à la Révolution française, de l’affaire Dreyfus à l’Occupation, il revit les drames et les bonheurs dont il a été le témoin, le symbole ou la cause.

Mais, s’il est prisonnier de sa mémoire, il n’en reste pas moins lié au présent, à travers ce qui reste de lui : des racines, des bûches, une statue de femme sculptée dans son bois, et les deux êtres qui ont commencé à s’aimer grâce à lui…

Comment « fonctionne » un arbre ? De quoi se compose sa conscience, de quelle manière agit-il sur son environnement ? Son récit posthume nous fait voir le monde, la nature et les hommes d’une manière nouvelle, par le biais d’une pensée végétale qui évolue au rythme d’un véritable suspense.

Captivant, drôle et poignant, Le Journal intime d’un arbre apporte une réponse inédite à une question universelle : quelle est, pour un arbre comme pour un être humain, la meilleure façon de ne pas mourir ?

Ce que j’en pense :

Le narrateur est un arbre, un poirier, je dois avouer qu’au début de cette lecture je me suis demandée si Didier Van Cauwelaert n’était pas sous l’emprise de substances psychotropes lors de l’écriture de ce livre en me disant que jamais au grand jamais je n’arriverai à rentrer dans la peau d’un arbre même si je les aime beaucoup. A mon grand étonnement, je me suis beaucoup attachée à cet arbre, appelé Tristan et au bout de quelques pages je trouvais fou à fait naturel qu’un arbre prenne la parole.

Tristan est un poirier tricentenaire, un arbre sur le point d’être classé parmi les arbres remarquables, nous le rencontrons lorsqu’il tombe déraciné par une tempête. C’est alors que son esprit quitte son tronc et ses feuilles et habite tous les objets provenant de son bois, sculpture, bois de chauffage… C’est à travers le vagabondage de son âme que nous découvrirons qui est réellement Tristan.

J’ai adoré découvrir les événements dont cet arbre a été témoin pendant sa longue vie et je peux vous dire que cet arbre n’est pas seulement remarquable par sa longévité mais également grâce à la multitude de faits qu’il a pu observer de son petit jardin dans les Yvelines et qui font partie intégrante de l’histoire de France.

J’ai également beaucoup aimé les éléments que j’appellerai biologique ou botanique présents dans ce roman. Ne prenez pas peur, ils sont accessibles à tous mais ils démontrent à quel point la nature est formidable.

Par contre, je n’ai pas trop aimé l’apparition des humains qui aiment Tristan et auxquels sa pensée sera longtemps rattachée. J’ai trouvé ces interventions un peu clichés avec à la fin un très joli message écologique un peu trop facile à mon gout.

 

Livre lu dans le cadre des challenges :
# Les anciens sont de sortie – Challenge à contre-courant – Chez Stephie
# ABC 2014 – Chez Nanet

 

 

les-anciens-sont-de-sortie1

banni_reABC2014_al_atoire

Publicités

14 réflexions sur “Le journal intime d’un arbre – Didier Van Cauwelaert

    • Ah bon ! Moi je le trouve vraiment intriguant ce titre, donner une conscience à des choses qui n’en int pas est une très idée et ca fait parti des libertés que l’on peut se permettre en littérature. J’adore !

      Réponse
  1. J’ai lu beaucoup de livres de Didier van Cauwelaert, j’aime bien ce qu’il fait en général. Mais, cela fait un petit moment que je n’ai plus lu un de ces livres car mes dernières lectures ont été décevantes. Mais ce journal intime d’un arbre à l’air de renouer avec le bon Didier von Cauwelaert!

    Réponse
  2. j’adore cet auteur! il y a à la fois une profondeur et une légèreté dans ses ouvrages…. c’est bien de le commenter, j’ai l’impression qu’il est trop peu connu ou apprécié.

    Réponse
  3. Pingback: Les témoins de la mariée * Didier Van Cauwelaert | *Moi j'veux lire sur un poney*

  4. Pingback: Bilan sur les challenges 2014. | Nos expériences autour des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s