La beauté du diable – Radhika Jha

La beauté du diable

   

    Titre  : La beauté du diable
    Auteur : Radhika Jha
    Titre original : My beautiful shadow
    Traducteur : Françoise Nagel (Anglais)
    Éditeur : Editions Philippe Picquier
    Date de publication : 2014
    Date de la première publication : Version originale (2014) / Version française (2014)
    Nombre de pages  273

 
 
 

Quatrième de couverture :

La beauté du diable, ou comment le désir vient aux femmes. Le désir d’être belle, de se croire une reine, le désir d’allumer les regards de convoitise et d’envie sur son passage.
« J’ai un secret. J’appartiens à un club. Vous pourriez l’appeler le club des passionnées de beauté. Mais ce n’est pas de la beauté des autres que nous sommes éprises. Nous sommes les véritables esthètes, nous portons notre beauté sur nous. Et même si nos maisons sont vieilles et délabrées, si les murs empestent l’usure et la décrépitude, quand nous sortons après notre toilette matinale, nous sommes jeunes, fraîches et superbes. »
Kayo aurait pu mener une existence fade et rassurante de mère au foyer à Tokyo. Jusqu’à ce que germe en elle une graine qui va définitivement changer sa vie. Cette histoire aurait tout aussi bien pu se dérouler à Paris, Londres ou Delhi; dans n’importe laquelle de ces capitales où prévaut le culte de l’apparence et du luxe, où la pétillante ivresse du shopping peut se transformer en drogue, et le paradis en enfer. Car le club des passionnées de beauté compte des affiliées dans le monde entier. Chaque femme pourra y retrouver une part d’elle-même. Et les hommes, découvrir un continent qui leur est inconnu.

Ce que j’en pense :

En commençant La beauté du diable, on peut s’attendre à Une accro du shopping made in Japan où tout n’est que paillettes et désinvolture. Ce texte de Radhika Jha est à l’opposé, elle nous livre un texte profond presque déroutant.

La beauté du diable nous parle de l’addiction sans rien omettre, on y lit la découverte du vice, les sensations de bien être quand le besoin est assouvi, le manque, les mensonges et la descente aux enfers. Bien qu’ici, il ne soit nullement question de drogue ou d’alcool, en effet Kayo est une adepte d’un petit club très privé qui réunit les amateurs de la beauté, la beauté de soi dans de jolies tenues hors de prix.

Kayo est une jeune tokyoïte qui souhaite échapper au destin familial, elle se marie trop vite même si elle aime sincèrement Ruy, son mari. Elle devient également très vite maman. Elle aime sa vie de femme au foyer et de mère de famille mais la makkura (que je traduirai par quelque chose qui ressemble à la dépression) est là, elle s’ennuie. C’est son amie Tomoko qui lui fera découvrir les joies du shopping dans les boutiques de luxe. Kayo aime voir, toucher et posséder des jolis et onéreux vêtements. Au milieu de ces étoffes délicates, elle se sent belle, elle se sent vivre, elle se sent exister. La dépendance se met en place…

Ce texte est un vrai délice, Radhika Jha décrit avec beaucoup de justesse les états âmes de Kayo. On ressent aisément les joies et ses peines de jeune femme au foyer et on vit avec elle, la sensation de manque qui monte progressivement, le bonheur intense de l’achat, la culpabilité d’avoir une nouvelles fois craqué. Un panel d’émotions fortes et puissantes décrites avec beaucoup de pudeur et de délicatesse. C’est malgré tout avec un sentiment partagé que j’ai suivi sa descente vers l’enfer, j’ai tout de suite aimé, compris et soutenu Kayo mais j’avais également envie qu’elle s’affirme, qu’elle ose, qu’elle mette en place les solutions qu’elle possède en elle. Mais voilà, la culture japonaise fait également partie intégrante de ce roman.

J’ai adoré suivre la préparation des diners, savoir quel ingrédient est pour les jour de fêtes et lequel est pour lotus les jours. Cette immersion dans le quotidien  des civilisations différentes de la mienne historiquement ou géographiquement fait partie des choses que je préfère dans la littérature. Le Japon, on y est avec son culte à la réussite, sa pudeur et l’honneur guidant chaque décision, chaque fait. Je me suis étonnée de découvrir que l’auteur de ce roman est indienne ; car ce livre est une véritable excursion en territoire nippon.

Je remercie chaleureusement Babelio et Les Editions Philippe Picquier pour m’avoir permis de lire ce livre dans le cadre d’une masse critique. Cette lecture a été un merveilleux voyage entre dépaysement et ancrage dans l’humanité.

masse_critiqueEditions Philippe Picquier
J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge :

# La plume au féminin – Chez Opaline

 

plume2014_2

 

 

Publicités

12 réflexions sur “La beauté du diable – Radhika Jha

  1. À moi aussi ! J’aime tous les romans où on entre dans une culture et qui nous donne à reflechir !
    Un livRe que j’ai beaucoup aimé et que je te conseille est : un bonne épouse indienne de Ann Sherian.

    Réponse
  2. Pingback: C’est Lundi, que lisez-vous ? #8 | Nos expériences autour des livres

  3. Pingback: Bilan sur les challenges 2014. | Nos expériences autour des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s