Le Meilleur des jours – Yassaman Montazami

Le Meilleur des jours
   Titre  : Le meilleur des jours
    Auteur et illustrateur : Yassaman Montazami
    Titre original : –
    Traducteur : –
    Éditeur : Sabine Wespieser Editeur
    Date de publication 2012
    Nombre de pages :  138

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

« Karl Marx et mon père avaient un point commun : ils ne travaillèrent jamais pour gagner leur vie. « Les vrais révolutionnaires ne travaillent pas », affirmait mon père. Cet état de fait lui paraissait logique : on ne pouvait œuvrer à l’abolition du salariat et être salarié – c’était incompatible. » Y. M.

Après la mort de son père, Yassaman Montazami se réfugie dans l’écriture pour tenter de garder vive la mémoire de ce personnage hors norme. La drôlerie et la cocasserie des souvenirs atténuent peu à peu l’immense chagrin causé par sa perte.
Né avant terme, condamné puis miraculé, l’enfant adulé par sa mère, qui jamais ne lui refusa rien, fut nommé Behrouz – en persan : « le meilleur des jours » –, un prénom prédestiné pour un futur idéaliste épris de justice et un pitre incapable de prendre la vie au sérieux.
Envoyé en France pour y poursuivre des études qu’il n’achèvera jamais, il participe à sa manière aux événements révolutionnaires de 1979, au cours desquels l’Iran bascule de la monarchie à la République islamique, en faisant de son appartement parisien un refuge pour les Iraniens en exil. Leurs chassés-croisés entre Paris et Téhéran donnent à l’auteur l’occasion de brosser une multitude de personnages improbables et issus des milieux les plus divers : une épouse de colonel en fuite, fanatique d’Autant en emporte le vent, un poète libertin, mystique et interdit de publication, un révolutionnaire maoïste enfermé à la prison d’Evin, et même un ancien chef d’entreprise devenu opiomane.
Évocation d’un monde aujourd’hui disparu, ce premier roman frappe par sa maîtrise et par l’acuité de son trait.

Ce que j’en pense :

Dans Le meilleur des jours, Yassaman Montazan nous présente quel homme extraordinaire a été son père. Il porte le prénom de Behrouz, le meilleur des jours en persans, à travers ce récit nous assimilons la justesse de ce choix car Behrouz n’a vécu que le meilleur des jours.

Behrouz nait en Iran de façon prématurée après l’échec d’un avortement artisanal et raté. Tout laisse à pense qu’il mourra très jeune mais l’immense amour de sa mère va lui permettre de grandir dans cette famille bourgeoise dans laquelle il est choyé. Il étudie à Paris, à l’université de la Sorbonne, où il prépare une thèse sans compter le nombre des années. C’est également en France qu’il fondera sa famille avec de quelques allers-retours dans son Iran natal.

C’est un joli hommage que l’auteur fait à son père hors du commun surtout très différent de tout ce que j’ai pu jusqu’à présent lire sur l’Iran et les iraniens. Il est idéaliste, intellectuel, dévoué et fan inconditionnel de Karl Marx. De ce point de vue, le livre est très intéressant, un autre Iran nous est montré. Behrouz est un homme libre avec une mentalité des plus ouverte et j’ai été très heureuse de rencontrer un tel homme et de telles idées dans ce pays connu pour être un des plus liberticide.

Un récit mêlant tendresse et violence. Tendresse car on ressent un réel amour filial presque une vénération entre l’auteur et son père. Elle s’est construite à travers lui et lui la considère en égale et lui permet de grandir comme bon lui semble. Violence car on assiste dans ce texte à la montée du régime islamique et à la fuite des protestataires. Et c’est de ce point de vue que j’ai été dérangée par l’angle pris par l’auteur. C’est une histoire vraie donc on ne peut rien reprocher aux faits mais le regard d’exilé de Berhouz sur cet horrible épisode est certes intéressant mais reflète mal tout ce qui s’est passé pendant cette période.

C’est la première fois que je lis un livre des éditions Sabine Wespieser, j’ai trouvé ce livre, par son format, par la légèreté et la douceur du papier, par la police de caractère particulièrement agréable à lire.

 

Lu  dans le cadre des challenges :
# La plume au féminin – Chez Opaline
plume2014_2

 

Publicités

8 réflexions sur “Le Meilleur des jours – Yassaman Montazami

    • J’ai oublié de dire que son père est un peu un « père enfant » qui aime beaucoup faire des blagues (souvent très drôles) et qui ne prend personne ni rien au sérieux.
      Non toujours pas ?
      Je comprends que ce type de récit ne peut pas plaire à tous, surtout que ton planning doit être plein à ras bord.

      Réponse
  1. Pingback: Bilan sur les challenges 2014. | Nos expériences autour des livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s